Interview avec Karim Seghair

Journaliste : Christoffer Vågnes

Cet entretien a été réalisé par l’étudiant en Master 2 Web Éditorial, qui a eu comme projet la refonte du site Web de Karim Seghair. L’entretien a comme but d’obtenir une sorte de vérité sur le processus créatif de l’artiste, ainsi que ses inspirations et méthodes. L’entretien est un véritable témoignage en soi sur la communication aisée et informelle qui s’est établi entre le prestataire et le client, une proximité notamment visible dans les questions et réponses franches et directes ainsi que le tutoiement naturel. Le journaliste souhaite Karim une bonne continuation pour ses projets créatifs et sa véritable présence en ligne. 

Quelle a été ton idée qui inspirait la réalisation de ce dernier projet de pilote de six courts-métrages ?

D’envisager une nouvelle façon d’écrire et de réaliser ! Créer une histoire sur la vie de sept protagonistes sur une période de cinquante ans.

Est-ce que tu as une stratégie de réalisation pour aboutir à quelque chose qui te satisfait ?

Bien sûr ! Il y a trois étapes : le scénario, le tournage et le montage. À chaque fois c’est une nouvelle écriture du projet !

Quels sont les avantages d’approcher l’art de réalisation avec un point de vue d’acteur ?

C’est plus basé sur une direction d’acteur que sur l’esthétisme de l’image ! On dirige comme on aurait aimé l’être !

 … Et les avantages pour un réalisateur qui va jouer un rôle comme acteur ?

On connaît plus la mécanique de l’intérieur, on sait que tout ce décide au montage !

Est-ce que tu pourrais nous donner ton point de vue sur les changements de la culture des courts-métrages en France aujourd’hui par rapport au passé ?

Il y vingt ans c’était plus underground, plus dans l’expérience de fabriquer.
La signification films d’art et d’essais prenait tout son sens. C’était moins formaté qu‘aujourd’hui. Peut-être plus artistique !

Pour comprendre mieux tes goûts et inspirations, as-tu trois court-métrages ou films qui t’ont marqués profondément ?

Les longs-métrages oui j’en ai beaucoup plus que trois, au moins cinquante, mais au départ voici trois films : La Canonnière du yang tsé, Une femme sous influence et New-York New-York !

Un mot de conseil pour les gens qui arrivent dans l’industrie de cinéma aujourd’hui ?

Être simplement passionné de son art !

Tu es assez multidisciplinaire dans ton approche, comment est-ce que ça ajouterait-il de valeur à chacune des disciplines ?

Évoluer dans une discipline, fait avancer dans une autre ! C’est comme les vases communicants !
Car plus on a d’expérience plus on maîtrisera son projet !

L’âge change-t-il le perspectif ou le produit créatif ?

L’âge c’est la maturité donc l’expérience !

Pourquoi Paris ?
C’est une ville que j’adore ! Et c’est là où je me suis construit !

Est-ce correct d’assumer que tu as un point de vue assez global et multiculturel ? Si oui, comment influence-t-il ton processus créatif et tes produits ?

Je suis d’origine métissée, c’est peut-être aussi pour cela que très jeune je me suis passionné pour toutes les disciplines du spectacle !
Donc quand je crée inconsciemment ce processus se met en place.

Quelques mots pour l’avenir ? Des projets de rêve ?

Finaliser trois projets.
Une série de format court.
Mon premier long-métrage et un livre autobiographique.

Karim Seghair en train de tourner un film

Prochaine Master-class

Introduction Bonjour tout le monde, et bienvenue sur mon nouveau site. Master-Class La prochaine Master-Class,  « L’acteur et l’intensité face à la caméra » […]

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *